Notre bilan environnemental

2021 a enregistré :

  • une augmentation du nombre de jours d’ouverture de la boutique qui passe de 103 en 2020 à 175 en 2021;
  • une augmentation de la collecte qui passe de 42,4 tonnes en 2020 à 61,7 tonnes en 2021, soit une augmentation de 45%,
  • une augmentation du nombre d’actes de don qui passe 3.869 à 5.546, mais cela ne représente que 31 dons en moyenne par jour d’ouverture de la boutique, contre 35 en 2020,
  • une augmentation du nombre de passages en caisse qui passe de 13.912 à 25.559, soit + 83,71% par rapport à 2020. Cela représente, prorata temporis, 146 personnes en moyenne par jour contre 126 l’an dernier, donc une situation en augmentation en ce qui concerne le nombre de clients (en baisse, en revanche, en ce qui concerne les sommes dépensées).

COLLECTE en 2021

COMPOSITION DES DONS COLLECTESCollecte 2021(kg)% des donsCollecte 2020(kg)% des donsVariation 2020/2021
Textile, chaussures, linge de maison 31.489  50.93% 19.550 46,09 % + 4.84 %
Livres, CD, DVD 15.263  24.80% 12.392 29,21 % - 4.41 %
Objets divers (vaisselle, jouets, déco) 12.597  20.42% 08.972 21,15 % - 0.73 %
DEEE 02.375  03.85% 01.510 03,55 % + 0,30 %
TOTAL 61.724 100,00 % 42.424 100,00 %  

Commentaire : un peu plus de textile et un peu moins de livres, ce qui s’explique par le fait que depuis l’épidémie les gens lisent davantage qu’avant.

REEMPLOI en 2021

En 2021, nous avons pu réemployer en boutique 15,07 tonnes de vêtements, livres et objets collectés, contre 3,82 tonnes en 2020 soit 24,41 % des dons contre 9 %.

Nous en avons, certes, vendu davantage car nous avons vendu une partie de notre stock entreposé dans nos locaux du boulevard Kellermann.

RECYCLAGE en 2021

En 2021 nous avons donné 46,498 tonnes de vêtements, livres, objets et DEEE à nos partenaires de recyclage, contre 39,342 tonnes en 2020 soit environ 75,33 % de la collecte contre 91,99 %, et nous avons poursuivi nos partenariats déjà en place.

Les partenaires du recyclage

  • Textile, livres et objets : AMELIOR

AMELIOR nous fournit des sacs réutilisables, ils sont à peu près ponctuels, ils prennent tout ce qui ne peut être vendu dans notre boutique (le textile, mais aussi les objets et même les DEEE), et enfin nos dons font vivre exclusivement des familles de Biffins en région parisienne, d’où une meilleure traçabilité et une empreinte écologique plus réduite.

Au total nous avons confié à AMELIOR en 2021 44,722 tonnes de textile, livres et objets divers contre 26,759 tonnes en 2020 et 36,040 tonnes en 2019 auxquelles s’ajoute le tonnage donné à d’autres partenaires (total tonnage donné en 2021= 1.776 tonnes).

  • DEEE : AMELIOR

Je vous rappelle que, à la suite d’une visite de l’inspection du travail en septembre 2014, l’association a décidé de ne plus mettre en vente les objets électriques et électroniques car nous ne sommes pas équipés pour effectuer des tests électriques en toute sécurité. Depuis le début 2015 les appareils électriques étaient transportés au Pôle Innovant lycéen (PIL) du lycée Lazare Ponticelli pour recyclage.

Celui-ci a déménagé dans le 14ème, et nous avons dû cesser notre collaboration en raison de l’éloignement.

Cependant, la collecte de DEEE glissés subrepticement dans nos bacs s’est encore élevée en 2021 à 1,969 tonnes contre 2,145 tonnes en 2020 et 3,124 tonnes en 2019 que nous avons données à AMELIOR.

  • Livres : MOMOX

Depuis avril 2015 nous avons recours à la société MOMOX pour écouler une partie de nos livres. Malheureusement MOMOX est devenu beaucoup plus sélectif depuis 2017. Cependant, nous avons réussi à lui vendre 709 kg de livres en 2021 contre 627 kg en 2020 et 703 kg en 2019.

La procédure avec MOMOX est très intensive en ressources humaines car il faut scanner les livres un par un, attendre la réponse du site internet, et seulement un livre scanné sur 10 est accepté à l’achat par ce site. Une fois les livres scannés, ils sont mis en cartons et envoyés sans frais de port à la société allemande.

Les recettes du MOMOX sont bien évidemment en baisse du fait de la fermeture de la boutique pendant 3 mois : 3.726 € en 2021 contre 4.211 € en 2020 et 9.746 € en 2019, soit 25 % des recettes habituelles.

  • Livres : RECYCLIVRE

Compte tenu de la baisse des achats de livres par MOMOX, nous avons repris de manière plus intensive à partir de juin 2017 le partenariat avec RECYCLIVRE. Nous leur avons confié 0,957 tonnes de livres en 2021 contre 1,599 tonnes en 2020 et 1,834 tonnes de livres en 2019.

Les livres ne nous étant payés qu’une fois vendus, ce sont 4.001 € que nous avons reçus en 2021 contre 2.925 € en 2020 et 4.636 € en 2019.

Nous faisons partie du réseau « Points livres » initié par RECYCLIVRE.

  • Livres donnés

Depuis l’épidémie, nous n’avons plus la possibilité d’installer un bac à l’entrée de la boutique dans lequel nous mettons à la disposition gratuitement les livres légèrement défraichis que nous ne pouvons vendre. En effet, cela crée un attroupement. Pour mémoire, en 2019 nous avions donné 7,739 tonnes de livres à l’entrée de la boutique.

Nous donnons donc désormais à AMELIOR tous les livres ne pouvant être vendus.

  • Lunettes de vue : Lunettes sans frontière

Ma Ressourcerie collecte des lunettes de vue qu’elle envoie à l’association humanitaire Lunettes sans frontière qui les trie, vérifie leur correction et les distribue gratuitement à des malvoyants pauvres du tiers monde, et aussi en France (6 kg en 2021 contre 7 kg en 2020 et 20,5 kg en 2019).

A souligner que nous devons payer les frais d’envoi des colis et que ceux-ci ont fortement augmenté.

A noter que nous n’envoyons à Lunettes sans frontière que les lunettes de vue. Les montures sans verres et les lunettes de soleil sont, quant à elles, vendues en boutique et fortement appréciées par notre clientèle.

 

COMMENTAIRES SUR les chiffres de LA COLLECTE, DU REEMPLOI ET DU RECYCLAGE en 2021

L’utilisation des dons collectés au cours de l’année a été la suivante :

  • Réemploi en boutique : 15,070 tonnes soit 24,41 % des dons
  • Réemploi et recyclage extérieur : 46,498 tonnes soit 75,52 % des dons
  • Déchets ultimes (poubelles / déchetterie) : 0,157 tonnes soit 0,07 % des dons.

Ce sont donc 99,93 % des dons qui ont été réemployés ou recyclés en 2021, contre 99 % en 2020 et 98 % en 2019.

Ces chiffres appellent les commentaires suivants :

  • D’une manière générale, les ventes en boutique ont baissé en tonnage, du fait de la fermeture de la boutique pendant 3 mois, de la réduction des horaires d’ouverture depuis la reprise d’activité et des restrictions que s’imposent nos clients.
  • Les dons de livres aux habitants du quartier ont été supprimés du fait de l’impossibilité, pour des raisons sanitaires, de continuer à mettre des bacs de livres à donner à l’entrée de la boutique. Tous les livres donnés l’ont été à AMELIOR.
  • Tous les DEEE ont été, comme les années précédentes, envoyés au recyclage.
  • Le tonnage de déchets ultimes s’établit à 157 kg ; il s’élève à 0,07 % des dons contre 2 % en 2019. La différence s’explique par le fait que nous avons donné le maximum de choses à AMELIOR.

En ce qui concerne le recyclage, nous avons fort heureusement été en mesure de continuer à travailler avec AMELIOR, notre partenaire habituel depuis plusieurs années. Cependant, en 2020, à cause de la crise sanitaire, ils ont dû réduire leur personnel. Alors que les années précédentes ils venaient à deux et assuraient toute la manutention depuis le sous-sol de notre boutique, nous avons dû accepter qu’ils n’envoient qu’un chauffeur et ce sont nos salariés qui assurent la manutention jusqu’au camion.

Au total nous avons confié en 2021 à AMELIOR 44,722 tonnes de textile, livres, objets et DEEE contre 28,904 tonnes en 2020 et 39,164 tonnes en 2019. Cela représente + 14,19 % par rapport au tonnage 2019, alors que nous n’avons été ouverts que les quatre cinquièmes du temps…

 

LES usagers de la boutique en 2021

Les clients de la boutique sont majoritairement des personnes qui résident dans un périmètre de 1,5 km autour de la boutique, c’est à dire des résidents du 13e arrondissement mais aussi d’une partie du 5e, du 14e, du Kremlin-Bicêtre (sur la ligne 7 du métro), de Gentilly et de Ivry-sur-Seine.

Les donateurs viennent parfois de plus loin quand ils peuvent venir en voiture. A de nombreuses reprises au cours des années précédentes nous avons accueilli des dons très importants liés au nettoyage d’un appartement dont l’occupant partait en maison de retraite ou était décédé. Ces dons étaient en général apportés le samedi, car les personnes venaient le plus souvent de province. Malheureusement, depuis l’épidémie, nous n’enregistrons plus du tout ce type de dons car il semble que les familles vendent les objets sur internet.

Le nombre d’actes de dons a été de 5.546 en 2021 contre 3.869 en 2020 et 13.485 en 2019 soit une baisse très importante par rapport à avant l’épidémie, ce qui représente 31 dons en moyenne par jour, contre 35 l’an dernier et 60 en 2019.

La répartition des dons (moyenne par jour sur l’ensemble de l’année) est la suivante :

2021 2020
Samedi 469 kg Samedi 620 kg
Jeudi 365 kg Jeudi 370 kg
Mardi 331 kg Mardi 354 kg
Vendredi 292 kg Vendredi 333 kg
Mercredi 288 kg Mercredi 302 kg

 On note que les dons diminuent dans les mêmes proportions, quel que soit le jour de la semaine.

Le nombre de passages en caisse a été de 25.559 en 2021 contre 13.912 en 2020 et 28.897 en 2019, ce qui représente environ 88,44 % des passages en caisse de 2019. Cela représente 146 actes d’achat en moyenne par jour d’ouverture contre 126 l’an dernier.

En ce qui concerne les recettes boutique, on note que la répartition est la même que l’an dernier entre les différents jours de la semaine et que les recettes moyennes ont baissé, sauf en ce qui concerne le samedi, qui s’est à peu près maintenu. Le total des recettes boutique s’élève à 143.126 € en 2021, soit une moyenne de 817,86 € par jour d’ouverture contre 779,74 € en 2020 et 924,95 € en 2019.

Ceci appelle les commentaires suivants :

  • La collecte s’est maintenue, malgré une très nette baisse de qualité et de quantité.
  • Les ventes se sont maintenues en nombre mais ont fortement baissé en valeur monétaire, à l’exception du samedi. Cela montre que nos clients ont continué à fréquenter la boutique mais que leurs achats ont été moins onéreux.
  • le jeudi continue à être un bon jour de ventes depuis la fermeture du lundi.

évolution des subventions

En 2021 l’association a reçu un total de subventions de 121.000 € contre 114.750 € en 2020 et 60.526 € en 2019.

Ce montant se décompose en 45.000 € (Ville de Paris – Direction de la propreté), 21.500 € (aide spécifique COVID-19), 500 € (Ministère des Finances au titre de la numérisation) et 54.000 € (Ville de Paris - remplacement EPMR).

Cela appelle les commentaires suivants : d’une part pas de subventions au titre des emplois aidés pendant la période où ces salariés sont pris en charge au titre du chômage partiel, d’autre part pas de versement le reste de l’année 2021 car il a été opéré une compensation avec les charges sociales non prélevées par l’URSSAF en 2020, compensation toujours en cours.

 

Conclusion

Dans un contexte très difficile, nous avons dû faire en 2020 et 2021 de gros efforts d’adaptation au regard des évènements qui ont fortement perturbé non seulement la vie de nos salariés mais aussi celle de nos clients. Ces efforts seront à poursuivre en 2022 et nous aurons besoin du soutien de toute l’équipe pour préserver les emplois que nous avons créés, maintenir nos activités en faveur du réemploi et de la réduction des déchets et poursuivre les services que nous rendons aux habitants du quartier et plus généralement à certains franciliens.

A souligner que malgré nos difficultés et la baisse de nos recettes boutique, nous nous sommes efforcés de fortement réduire nos dépenses autres que salariales (consommables, fournitures, EdF, entretien et réparations etc…) en récupérant tout ce que nous pouvions auprès de nos partenaires et en ne chauffant que très peu la boutique.

Nous avons également enregistré une baisse des cotisations patronales de sécurité sociale dûe à la fois à la baisse de certains taux mais, surtout, pour une forte part, au départ de la directrice, dont le salaire et les cotisations sociales étaient élevés.

La Présidente
Marigrine Auffray-Milésy